Publié le 31 Août 2017

Logo En Marche


Bonjour ,

Le responsable départemental(e) ou de votre zone géographique, vous envoie ce message : 

------ 

Une réforme « ambitieuse, équilibrée et juste » pour libérer les énergies, protéger les salariés et favoriser la création d’emploi.

La réforme par ordonnances du code du Travail était l’un des engagements phare du Président de la République. Cet engagement est tenu. Les 5 ordonnances aujourd’hui présentées contiennent une trentaine de mesures concrètes et constituent une « réforme de transformation profonde », dont l’objectif fondamental est de contribuer à « diminuer le chômage de masse » (PR, Le Point, 31/08/2017).

La réforme a été menée en concertation étroite avec les partenaires sociaux – une centaine de réunions de travail ont eu lieu. Il subsiste des désaccords, d’ailleurs nuancés. Le Gouvernement les assume. « Nous avons concerté. Concerter ce n’est pas négocier. Chacun est libre d’être pour ou contre, de le penser, de le dire. ».

Elle est légitimée démocratiquement par le vote des Français aux élections présidentielle et législative, et par le vote du Parlement qui, à une large majorité, a autorisé le Gouvernement à procéder par ordonnances.

C’est une réforme qui fait le choix du dialogue social et de l’intelligence collective. Le code du travail continuera à « fixe[r] les principes et [à] pose[r] le cadre » qui s’impose à tous. Et à l’intérieur de ce cadre, on donne plus de « grain à moudre » aux entreprises et aux salariés pour négocier sur le terrain (M. Pénicaud, conférence de presse, 31/08/2017).

C’est une réforme qui donne la priorité à nos TPE et PME, qui représentent plus de 9 entreprises sur 10en France, et emploient plus de la moitié des salariés. Elle va « drastiquement [simplifier] la vie des entreprises de moins de 50 salariés », en leur donnant la « possibilité de négocier des accords d’entreprise y compris lorsque les syndicats ne sont pas présents, par l’intermédiaire des élus du personnel, voire directement avec leurs salariés » dans les entreprises de moins de 20 salariés (PR, ibid.). En créant un barème de dommages et intérêts impératif en cas de contentieux, elle garantit aussi plus d’équité et de prévisibilité, pour les employeurs comme pour les salariés, et va ainsi lever l’un des principaux freins à l’embauche, en particulier dans les TPE et PME.

Le choix qui est fait, c’est de faire confiance aux entreprises et aux salariés en leur donnant la capacité de dialoguer pour anticiper et s’adapter de façon simple, rapide et sécurisé. Dans les entreprises de plus de 50 salariés, le dialogue social sera simplifié, et donc encouragé, par la fusion des trois instances actuelles de représentation (délégués du personnel, comité d’entreprise, comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail) en une seule (le « conseil social et économique »). Des accords majoritaires simplifiés pourront désormais être conclus dans les entreprises sur le temps de travail, la rémunération et la mobilité. Cela permettra aux entreprises de s’adapter aux évolutions à la hausse ou à la baisse du marché, sans faire de l’emploi la variable d’ajustement.

C’est aussi une réforme équilibrée, qui crée de nouveaux droits et de nouvelles protections pour les salariés. Ainsi, les indemnités légales de licenciement vont augmenter de 25 %. Le télétravail – une aspiration forte pour 2/3 des salariés – va être développé et sécurisé juridiquement. Par exemple, les accidents du travail dans le cadre du télétravail seront désormais pris en charge dans les mêmes conditions que lorsqu’ils se produisent dans les locaux de leur employeur.

C’est enfin une réforme qui encourage et soutient le syndicalisme et la représentation des salariés, en créant de nouvelles garanties pour les syndicats et les élus du personnel qui s’engagent dans le dialogue social. Ils auront des moyens garantis et des formations renforcées pour exercer leur mandat, un accès renforcé également à la formation professionnelle et au bilan de compétences pour concilier engagement syndical et évolution professionnelle.

Au total, cette réforme constitue « un projet de transformation du code du travail d’une ampleur inégalée» (M. Pénicaud, conférence de presse, 31/08/2017). Elle n’est cependant qu’un jalon, la première étape de la rénovation globale de notre modèle social engagée par le Gouvernement. La suite, c’est la réforme de la formation professionnelle, parce que « la première sécurité, c’est la compétence » (M. Pénicaud, tweet, 31/08/2017). C’est aussi celle de l’apprentissage, la refonte de l’assurance-chômage, la hausse du pouvoir d’achat des actifs avec la suppression des cotisations maladie et chômage et l’augmentation de la prime d’activité, et enfin la réforme des retraites.

Dans l’immédiat, les ordonnances, aujourd’hui présentées aux partenaires sociaux, vont être soumises aux instances consultatives. Elles seront présentées et adoptées en Conseil des ministres le 22 septembre prochain.


------
 

Le détail des mesures Priorité aux TPE et PME

1/ Une négociation simple et accessible pour les entreprises de moins de 50 salariés, grâce à la possibilité de négocier avec un élu du personnel sur tous les sujets, même quand il n’y a pas de délégué syndical (c’est le cas de 96 % des PME).

2/ La possibilité, dans toutes les entreprises de moins de 20 salariés qui n’ont pas d’élu du personnel, de négocier directement avec les salariés sur tous les sujets : rémunération, temps de travail, organisation du travail. Les TPE bénéficieront ainsi des mêmes souplesses et capacités d’adaptation que les grandes entreprises.

3/ L’accès à un code du travail numérique clair, accessible et compréhensible, répondant aux questions concrètes que se posent les chefs d’entreprise des TME/PME.

4/ Un barème de dommages intérêts impératif qui donne sécurité et visibilité sur les contentieux potentiels. A deux ans d’ancienneté, le plafond sera de 3 mois. Il montera progressivement, d’un mois par année d’ancienneté jusqu’à 10, puis d’1/2 mois par an jusqu’à 20 mois d’ancienneté dans la même entreprise. (Dans les cas relevant de la discrimination, du harcèlement ou portant atteinte aux libertés fondamentales du salarié, le juge pourra décider librement de la sanction qui s’impose.).

5/ Une réforme des règles de licenciement permettant que les vices de forme ne l’emportent plus sur le fond quand celui-ci n’est pas contestable. (Actuellement, un commerçant, par exemple, qui est obligé de licencier un salarié car un nouveau concurrent lui fait perdre du chiffre d’affaires, peut être sanctionné par les prud’hommes s’il oublie de préciser dans la lettre de licenciement que le poste est supprimé.).

6/ Un formulaire-type rappelant les droits et devoirs de chaque partie pour éviter les erreurs de procédure lors d’un licenciement.

7/ La suppression de contraintes administratives inapplicables en matière de déclaration administrative sur la pénibilité. La 5ème ordonnance met ainsi en oeuvre la réforme de la pénibilité déjà annoncée par le Premier ministre.

8/ La clarification des règles du contentieux en cas d’inaptitude. Le conseil des prud’hommes s’appuiera sur l’avis d’un expert médical pour juger les affaires.

9/ Une nouvelle obligation pour les accords de branche de prévoir des dispositions spécifiques qui tiennent compte de la réalité des TPE/PME.

10/ La prise en charge des salaires et frais de déplacement des salariés des TME/PME qui participent à des négociations de branche, par un financement mutualisé.


------

Faire confiance aux entreprises et aux salariés.

11/ La possibilité d’anticiper et de s’adapter rapidement aux évolutions à la hausse ou à la baisse du marché par des accords majoritaires simplifiés sur le temps de travail, la rémunération et la mobilité.

12/ De nouveaux champs de négociation ouverts à l’entreprise. Par exemple il sera possible de négocier l’agenda des négociations, le calendrier, le contenu et le niveau des consultations.

13/ Un dialogue social simplifié et opérationnel, par la fusion des trois instances d’information et de consultation en une seule, le conseil social et économique (CSE), pour toutes les entreprises de plus de 50 salariés.

14/ La possibilité accrue de promouvoir le dialogue social et la co-construction de la stratégie avec les salariés et leurs représentants, par la mise en place par accord majoritaire d’un conseil d’entreprise intégrant l’ensemble des fonctions de représentant du personnel (information, consultation, négociation).

15/ L’instauration de la rupture conventionnelle collective. C’est l’une des grandes innovations de cette loi. C’est la transposition au niveau collectif d’un dispositif qui a fait ses preuves au niveau individuel. La négociation dans l’entreprise (quelle que soit sa taille) pourra définir un cadre commun de départ strictement volontaire.

16/ La régulation des expertises, par la mise en place d’une participation financière forfaitaire de 20 % du coût des expertises par le conseil social et économique sur les expertises ponctuelles (sauf expertise PSE et risques graves, qui restent pris en charge à 100% par l’employeur, comme aujourd’hui).

17/ Des règles encadrant les CDD correspondant à la spécificité des secteurs d’activité, négociées et mises en place par accord de branche. Avoir les mêmes règles pour tous les secteurs alors que les entreprises ont des organisations différentes selon leur secteur d’activité n’avait pas de sens.

18/ La possibilité d’accéder à des contrats de chantier grâce à la négociation d’accord de branche fixant les règles permettant d’y recourir. Cela permettra aux entreprises d’avoir une sécurité juridique importante pour embaucher en CDI, au lieu de proposer des CDD comme aujourd’hui.

19/ Un périmètre d’appréciation du motif économique fixé au niveau national, comme dans la grande majorité des pays européens. Cela permettra de renforcer notre attractivité vis-à-vis des investisseurs internationaux.

20/ Des obligations absurdes et sources de contentieux supprimées et des processus de reclassement simplifiés. Par exemple, l’obligation de présenter la totalité des offres d’emploi du groupe dans la totalité des pays, y compris les offres d’emploi inférieures au SMIC, est supprimée.

21/ Des délais de recours harmonisés à un an en cas de contestation de la rupture du contrat de travail. Aujourd’hui, le délai de recours en cas de licenciement économique est à 12 mois, et celui en cas de licenciement pour motif personnel à 24 mois.


------
 
 

Nouveaux droits et nouvelles protections pour les salariés.

22/ La mise en place d’une co-décision à la française, sur la formation professionnelle ou l’égalité femmes-hommes notamment, dans les entreprises mettant en place le conseil d’entreprise par accord majoritaire.

23/ Des accords d’entreprise qui devront être majoritaires à partir du 1er mai 2018. 24/ Un droit au télétravail sécurisé, souple, permettant une meilleure conciliation de la vie professionnelle et de la vie personnelle.

25/ Des indemnités légales de licenciement augmentées de 25%. Concrètement, un salarié qui gagnait 2000 €/mois, licencié après 10 ans d’ancienneté, verra son indemnité légale passer de 4000 à 5000 €.

26/ Davantage de prévisibilité, d’équité et de protection en cas de litige avec l’employeur, grâce à la mise en place d’un plancher et d’un plafond de dommages et intérêts, et d’un formulairetype rappelant les droits et obligations de chaque partie en cas de licenciement.

27/ Un abondement de compte personnel de formation de 100 heures financé par l’employeur, en cas de refus par le salarié d’un accord majoritaire signé par les organisations syndicales portant sur le temps de travail ou la rémunération.

28/ Des nouvelles compétences pour les branches professionnelles permettant d’assurer davantage d’équité entre les salariés d’un même secteur.

29/ Des procédures de reclassement plus transparentes et plus équitables, grâce à l’accès à l’ensemble des emplois disponibles dans l’entreprise.

30/ Un code du travail numérique permettant une meilleure compréhension du droit, y compris pour les salariés handicapés. Nouvelles garanties pour les syndicats et les élus du personnel.

31/ Des moyens garantis et des formations renforcées pour exercer son mandat. 32/ Un accès renforcé à la formation professionnelle et au bilan de compétences pour concilier engagement syndical et évolution professionnelle.

33/ Une plus grande facilité à nommer un délégué syndical.

34/ La création d’un observatoire de la négociation. Il permettra de vérifier que la pratique de négociation se développe bel et bien. Il suivra aussi la discrimination syndicale.

35/ Le renforcement des possibilités d’évolution vers l’inspection du travail (par concours) pour les élus du personnel et les délégués syndicaux.

36/ La mobilisation d’un réseau de grandes écoles et universités volontaires pour former chaque année des militants syndicaux.


------
facebook
 
instagram
 
linkedin
 
medium
 
snapchat
 
twitter
 
youtube

Voir les commentaires

Rédigé par L'écologie En Marche !

Publié dans #La République En Marche

Repost 0

Publié le 25 Août 2017

    @enmarchefr
LUNDIMARDIMERCREDIJEUDIVENDREDISAMEDIDIMANCHE

Nous sommes prêts.


Nous sommes le 25 août. L’été a été dense. Nous avons adopté une nouvelle organisation pour notre mouvement, potassé nos cahiers d’été, organisé 2 000 événements partout en France et trouvé nos nouveaux locaux avec des espaces pour vous accueillir. 
Nous sommes prêts. 
Ça tombe bien, car la rentrée sera studieuse. 
Le président de la République a poussé dans le débat public la question des travailleurs détachés à l’occasion de sa tournée diplomatique en Europe de l’Est. 
Le gouvernement poursuit le cycle de réunion avec les partenaires sociaux pour préparer le plan de rénovation du dialogue social qui sera présenté dans quelques jours. 
Et nous ? 
Le secrétaire d’État au Numérique, marcheur de la première heure, Mounir Mahjoubi résume notre ambition : « La République En Marche n’a de raison d’exister que si elle fait des choses nouvelles, que si elle défriche des territoires nouveaux de la démocratie. » 
Nous sommes prêts. 
Au travail !

L'Été en marche

3 semaines, 25 villes, 75 000 cahiers d’été

L’été touche à sa fin, les vacances aussi. Aziz-François, référent des Yvelines, a achevé son périple à travers la France. Il nous raconte son expérience et ses échanges avec les Français.

Voir la vidéo

Dialogue social

Point de vue d’un chef d’entreprise devenu député

La première brique de la grande rénovation du modèle social français est en train d’être posée et elle concerne le dialogue social. Bruno Bonnell, député LaREM et ancien chef d’entreprise répond à nos questions et nous éclaire sur sa vision du dialogue social.

Voir la vidéo

Tribune

Travailleurs détachés : tribune d’Alexandre Holroyd, député

Emmanuel Macron s’est rendu cette semaine en Europe de l’Est afin d’y rencontrer les dirigeants autrichien, tchèque, slovaque, roumain et bulgare pour pousser dans le débat européen la question des travailleurs détachés.

Je lis la tribune

Transparence

Le rôle du conjoint du Chef de l’État

C’était une promesse de campagne d’Emmanuel Macron : l'activité du conjoint du Chef de l'Etat s'effectuera dans la transparence. C’est chose faite avec la publication de « La Charte de transparence relative au statut du conjoint du Chef de l'Etat ».

Je veux en savoir plus

Interview

Le gouvernement prépare la rentrée

Pouvoir d'achat, Éducation, sécurité... Édouard Philippe était l'invité de Jean-Jacques Bourdin pour sa rentrée : point sur les réformes à venir et explication de l'action du Gouvernement !

Je lis le résumé
PLUS D'ACTUALITÉS

VIDÉO

Message de... Mounir Mahjoubi

« La République En Marche n’a de raison d’exister que si elle fait des choses nouvelles, que si elle défriche des territoires nouveaux de la démocratie. » Mounir Mahjoubi, secrétaire d’Etat chargé du numérique, nous parle des nouveaux projets du mouvement et notamment de la plateforme numérique.

Regarder la vidéo

en-marche.fr

Voir les commentaires

Rédigé par L'écologie En Marche !

Publié dans #La République En Marche

Repost 0

Publié le 18 Août 2017

    @enmarchefr
LUNDIMARDIMERCREDIJEUDIVENDREDISAMEDIDIMANCHE

Le cœur de l’été.


Nous sommes au cœur de l’été et c’est un bon moment pour prendre du recul : cela fait environ 100 jours qu’Emmanuel Macron a été élu à la présidence de la République. Quel bilan ? Christophe Castaner fait le point dans une tribune (à retrouver plus bas) et nous explique que ce sont les bases d’une transformation profonde qui ont été jetées. 
À la rentrée, qui approche déjà, de nombreux nouveaux projets nous attendent tant au niveau du gouvernement et du Parlement qu’au niveau du mouvement. C’est d’ailleurs à la rentrée que vous pourrez, une fois les travaux terminés, visiter de manière virtuelle nos nouveaux locaux, rue Sainte-Anne. Nous vous accueillerons également physiquement, grâce à des espaces prévus à cet effet (dans la mesure du possible !). 
En attendant la rentrée, c’est aussi le moment de se détendre un peu, que l’on soit en vacances ou pas, et de profiter de notre cahier d’été ! Cette semaine, retrouvez le test “Quel(le) engagé(e) es-tu ?” qui vous dira à quel profil vous correspondez : l’engagé(e) de terrain, l’engagé(e) connecté(e), l’engagé(e) qui réfléchit ou encore l’engagé(e) “en même temps” !

Interview

Les coulisses du travail de député

Stanislas Guerini, engagé de terrain et député LaREM nouvellement élu, revient sur les premières semaines à l’Assemblée nationale et répond à nos questions.

Voir la vidéo

Bilan

Les 100 premiers jours

“Cent jours, reconnaissons-le, qui n’ont pas été exempts de difficultés. Mais cent jours utiles, incontestablement, cent jours d’action qui ont permis de jeter les bases d’une transformation profonde de notre pays.” Le porte-parole du gouvernement, Christophe Castaner, a pris la parole sur Facebook pour faire le point sur les 100 premiers jours de la nouvelle présidence.

Je lis la tribune

L'été en marche

De Fréjus à Cabourg

Aziz-François, référent des Yvelines, est parti le 1er août sillonner la France à la rencontre des citoyens. L’objectif ? Distribuer le cahier d’été de notre mouvement et comme toujours échanger avec les Françaises et les Français et les écouter.

Je découvre l’été en marche

L'été en marche

Test : quel(le) engagé(e) es-tu ?

Engagé(e) connecté(e), de terrain, qui réfléchit ou engagé(e) « en même temps ». Découvre quel est ton profil grâce à notre test, sorti tout droit du cahier d’été !

Je fais le test

L'idée en marche

Une permanence itinérante !

Valérie Petit, députée du Nord, nous explique l’objectif d’inclusion de sa permanence mobile et de ses autres projets pour échanger avec les citoyens de sa circonscription.

Je lis la suite

Transports

Les vacances en car

Promulguée en 2015, la loi permettant la libéralisation du voyage en autocars sur moyenne et longue distance, a généré 6,2 millions de passagers un an plus tard et les hypothèses tablent sur 15 à 25 millions de passagers en 2030.

Je lis la suite

Tribune

“Quand les insoumis deviennent les indécents”

Le député Mickael Nogal, 4ème circonscription de Haute-Garonne, signe une tribune sur la crise au Venezuela et l’attitude de la France Insoumise face à celle-ci et à ses responsables politiques.

Je lis la tribune
PLUS D'ACTUALITÉS

VIDÉO

Questions à Stanislas Guerini

À quoi ressemble votre journée de député ? Qu'est-ce qui vous manque de votre vie "d'avant" ? Stanislas Guerini​, député de la 3ème circonscription de Paris, répond à nos questions. L'occasion de revenir sur ses premières semaines en tant que député.

Regarder la vidéo

en-marche.fr

Voir les commentaires

Rédigé par L'écologie En Marche !

Publié dans #La République En Marche

Repost 0

Publié le 10 Août 2017

    @enmarchefr

#Confiance

Nous sommes le jeudi 10 août 2017 et c’est aussi un bon jour pour fêter la révolution en marche. 
Hier a pris fin une session parlementaire historique : 314 députés, femmes et hommes, majoritairement vierges de toute vie politique et adhérents d’un mouvement qui vient de naître, ont voté les premières lois qui nous font passer dans le nouveau millénaire. 
Ce ne sont pas les nouveaux députés de La République en Marche qui ont été bousculés, ce sont les tenants de l’ancien monde politique.

« Ceux qui moquent la majorité pour son amateurisme en sont à leur deuxième, troisième mandat, mais qu'ont-ils fait avant nous ? » Gilles Le Gendre, député et vice-président du groupe LaREM

Bilan de la session parlementaire

Richard Ferrand a un message pour vous

« Cette première session fut extraordinairement dense. Sans doute que depuis 1981 aucune session immédiatement après l’élection n’a été aussi riche de textes. »

Regarder la vidéo

Réformes

Les premières réformes qui nous font changer d'ère

Il l’a dit, ils l’ont fait : retour sur les lois votées et les progrès déjà entérinés en l’espace de 3 mois. L’une des avancées majeures : la suppression des emplois familiaux, semble ébranler l’ancien monde politique - le groupe Les Républicains a saisi le Conseil Constitutionnel de cette mesure… Affaire à suivre.

Lire la suite

Réformes

Changer les pratiques politiques : le travail se poursuit

François de Rugy a annoncé l’élaboration d’une grande réforme de l’Assemblée nationale (raccourcissement des délais de procédure, mise en place d’objectifs de développement durable à l’Assemblée, etc.). Nouvelle méthode de travail : les députés LaREM et de l’opposition travailleront ensemble au sein de groupe de travail pour élaborer ces réformes.

Lire la suite

Transparence

Le rôle du conjoint du chef de l'état

Pas de rémunération, pas de réforme de la Constitution mais plus de transparence, et ça c'est nouveau !

Lire la suite

Une idée en marche

Faire de la politique autrement

Questions à Laurent Saint-Martin, député LaREM du Val de Marne, qui a tenu son premier « laboratoire législatif » dans sa circonscription. Une drôle d’idée ? Non, une idée en marche.

Lire la suite

On prépare la rentrée

Se former à la vie politique et citoyenne

La République En Marche va lancer à la rentrée une plateforme de formation citoyenne en ligne, gratuite et ouverte à tous.

Je veux en savoir plus
PLUS D'ACTUALITÉS

REGARDER

Message de Benjamin Griveaux : 
rendez-vous à la rentrée

« Nous avons fait le choix le plus noble en politique : ne pas chercher à ajuster mais à transformer et c’est au prix d’une complexité assumée du monde que nous transformerons le pays. »

Regarder la vidéo

en-marche.fr

Voir les commentaires

Rédigé par L'écologie En Marche !

Publié dans #La République En Marche

Repost 0

Publié le 5 Août 2017

Le 4 août est un bon jour pour...

Le 4 août est un bon jour pour faire la révolution

Nous sommes vendredi 4 août 2017. Le 4 août est un bon jour pour prendre la parole. Notre mouvement est né d’une vision et d'une conviction : la nécessité de rénover en profondeur notre vie démocratique, pour la rendre plus juste et plus efficace. Il s'est construit en marchant, et il se construit encore, et demain il se construira encore. Nous avons tous en commun d’aimer les mots « En Marche ! ». La vision et la conviction d'Emmanuel Macron s’exercent désormais au pouvoir. Notre promesse implique aussi de mettre toute la société en mouvement. Nous sommes plus de 377 800 à cet instant même, et nous devons continuer à écrire notre feuille de route. Ce ne sera pas difficile, car LaREM est un projet permanent. Nous sommes un laboratoire appliqué à la politique et une machine à faire avancer les choses.

Il y a 103 ans lundi dernier, Jean Jaurès était assassiné. À cette occasion, nous vous proposons de (re)relire le célèbre « Discours à la jeunesse » de Jean Jaurès.

PARLEMENT

Rénovation de notre modèle social : part 1

30 heures de débats dans chacune des deux chambres, à l'Assemblée nationale et au Sénat, plus de 500 amendements discutés,... L’Assemblée nationale a adopté définitivement le projet de loi d’habilitation des ordonnances sur le dialogue social.

Lire la suite

PARLEMENT

Loi ordinaire pour la confiance dans la vie publique : adoptée

Une avancée inédite en faveur du renouvellement des pratiques et de la moralisation de la vie publique. La mise en oeuvre d'un engagement majeur de campagne d'Emmanuel Macron.

Lire la suite

MOUVEMENT

Eux aussi, ils font de la politique : deux comités locaux jumelés pour agir

Deux comités locaux de La République en Marche ont décidé de se jumeler. Ils sont distants de 100 km. Une drôle d’idée ? Non, une idée en marche.

Reportage

SOLIDARITÉ

Handicap : écouter les différences

Emmanuel Macron s’est engagé pendant sa campagne à faire du handicap un des sujets prioritaires de son quinquennat. Le 6 juillet, il lançait le 4e plan autisme. Catherine Laborde, engagée pour faire avancer le sujet du handicap, revient sur les premières actions en la matière.

3 questions à Catherine Laborde

LEXIQUE

Soft power : qu'est-ce que c'est ?

Selon une étude annuelle menée par le Centre de diplomatie de l'Université de Californie du Sud et l’Institut Portland, la France a pris la tête du classement des nations les plus influentes du monde en matière de « soft power ». Emmanuel Macron, par son dynamisme et son refus des dogmes anciens, redonne à la France une attractivité mesurée ici sur les terrains non institutionnels.

Découvrez ce qu'est le soft power

QUOTIDIEN

La fibre optique pour tous

1880-1970 : il a fallu 90 ans pour électrifier 100% du territoire. 1890-1981 : il a fallu 90 ans pour connecter 100% du territoire au réseau téléphonique. 2013-2020 : il faudra 7 ans pour connecter 100% du territoire en haut et très haut débit.

Lire la suite
PLUS D'ACTUALITÉS

(RE)ÉCOUTER

Emmanuel Macron et Marcel Gauchet

Ce 4 août, c’est aussi un bon jour pour (ré)écouter sous le soleil les discussions entre Emmanuel Macron et Marcel Gauchet, philosophe et historien français, enregistrées le 13 octobre 2016. Cinq entretiens sur la culture, l’Europe, l'Occident, la société, la culture et l’Histoire.

Écouter le podcast

LE CHIFFRE

100 millions

Nous sommes déjà la première destination avec 83 millions de touristes. Le Gouvernement a affiché la semaine dernière son ambition : accueillir 100 millions de touristes d'ici 2020.

Lire l'article

en-marche.fr

Voir les commentaires

Rédigé par L'écologie En Marche !

Publié dans #La République En Marche

Repost 0